avicole

Témoignage en production avicole

« Produire et vendre ses volailles en bio »

Bruno RABIER
38 Isy - 41370 Josnes

bt_voir_fiche

Installé en 1985 à  Josnes près de Mer, en production céréalière sur 98 ha, Bruno Rabier a choisi de revoir son système de production pour introduire un élevage et se convertir à l’agriculture biologique à partir de 2000.

« Avec d’autres exploitants, nous nous sommes interrogés sur notre façon de produire. Nous ne nous sentions pas en phase avec nos choix techniques et nos convictions. Nous avons visité d’autres fermes et mûrir cette remise en cause pour aboutir à la mise en place d’un élevage de volailles biologiques  au sein d’une organisation professionnelle. L’opportunité des Contrats Territoriaux d’Exploitation (CTE) nous a permis d’engager la conversion des terres, confirmant ainsi le lien au sol de notre élevage. Depuis j’emploie un salarié pour un ¼ temps, grâce à un groupement d’employeurs. »


De la luzerne en tête d’assolement

La rotation des cultures est organisée autour de la luzerne, en tête d’assolement sur 28 ha. Après avoir enrichi le sol en azote, elle est vendue sur pied à des éleveurs locaux. Le blé tendre (10ha) et l’orge de brasserie (10ha), ainsi qu’une partie des 47 ha de triticale sont vendus à la coopérative AGRALYS BIO.

Un élevage nourri à l’échelle du territoire

12000 volailles sont élevées chaque année en 5 à 6 lots (1700 poulets et 300 pintades pour 1 lot). Un parcours de 2 ha est réservé aux volailles. Arrivés à 1 jour, ces volailles sont abattues entre 95jrs et 120 jrs. L’alimentation des volailles provient principalement du partenaire AGRALYS BIO.

Elle est composée de :

  • protéagineux : féverole, pois,
  • céréales (dont céréales issues de récoltes en 2e année de conversion) : triticale, orge et maïs,
  • tourteaux : tournesol, colza et très peu de soja,

« Même si la coopérative ne peut nous assurer la reprise de nos propres céréales dans cet aliment fabriqué, elle a l’opportunité de trouver beaucoup de matières premières à sa porte. »


Les besoins en alimentation de l’élevage 

Type d'aliment

Tonnage / Lot élevé

Démarrage ( Agralys Bio )

3 T

Croissance ( Agralys Bio)

10 T

Triticale ( auto produit)

6 T

Le cahier des charges agriculture biologique impose une alimentation 100% issue d’agriculture biologique et sans OGM*. A ce titre l’organisme certificateur Qualité France, fait régulièrement des contrôles avec notamment des prélèvements dans les lots d’aliments. Il s’agit de vérifier la non-contamination  par des traces d’ADN d’OGM (concernant le soja et le maïs), notamment au moment du transport et du stockage.

Sont considérés comme produits animaux issus de filières animales Non OGM, tout produit issus d’animaux nourris avec des aliments étiquetés non OGM conformément  à la réglementation en vigueur (de 0%  jusqu’au  seuil réglementaire de 0,9 % d’OGM).

La commercialisation

« Il nous a fallu prendre en main notre commercialisation, lorsque l’organisation professionnelle dans laquelle nous étions nous a fait défaut. Avec d’autres éleveurs en bio, nous avons créé un Groupement d’Intérêt Economique, le GIE Volailles bio du Centre. Il rassemble aujourd’hui 5 éleveurs du Centre et de l’Yonne et commercialise 55 000 Volailles bio par an, principalement à travers le réseau des magasins Bio Coop, mais aussi en restauration collective. » explique Bruno Rabier président du GIE (Groupement d’Intérêt Economique).

Pour son élevage, 60% des volailles sont commercialisées à travers le GIE et 40% en vente directe, à la ferme et auprès d’AMAP (Mer et Beaugency). Concernant le développement des circuits-courts, peu d’abattoirs sont agréés en bio et acceptent des petits volumes. C’est un réel frein dans la Région.

Apparaitre dans l'annuaire
vignette_ts_producteurs

Recherche sur le site

frise-basse

Vous êtes ici : Produire Les témoignages