Le procès de la mutagénèse

Le 11 avril 2014

Une méthode de transformation des plantes, la mutagenèse, qui permet la création de VrTH (Variétés rendues Tolérantes à un Herbicide) est dénoncée par les faucheurs volontaires comme produisant des OGM cachés. Plus d'une centaine de faucheurs ont "neutralisé" une parcelle de tournesol muté en juillet 2010. Le procès de trois d'entre eux à Tours, en novembre 2013, n'a pas abouti, le procès du 9 avril dernier à Orléans a permis de faire lumière sur cette technique de manipulation génétique qui se répand discrètement.

d'après Reporterre, pour lire la suite : 

http://www.reporterre.net/spip.php?article5706

Des OGM dans mon assiette ?

1er avril 2014

Consommons-nous des OGM ? Comment savoir si j'en mange ?
Comment les repérer ? Où trouver des produits "sans OGM" ?


Publié par Inf'OGM, ce mini-guide répond aux questions que se posent les consommateurs et leur donne les clés au moment de remplir leur panier.

Diffusé à plus de 25000 exemplaires papier depuis juillet 2013, le mini guide "Des OGM dans mon assiette?" est aujourd'hui téléchargeable gratuitement sur le site d'Inf'OGM http://www.infogm.org/spip.php?article5475

    

Un nouveau référencement en Indre-et-Loire : l'EARL des jardins vergers

 15 mars 2014

Sylvain Bardain et Tony Debas viennent d'être réfrérencés sur le site consommer sans OGM en région Centre. Tous deux maraîchers (production de légumes de saison, de pommes et de poires) ils sont également producteurs de volailles et d'oeufs qu'ils vendent en direct dans différentes AMAPs de Touraine en agriculture biologique. Les volailles sont donc nourries sans OGM.

N'hésitez pas à consulter leur fiche descriptive sur notre site.

Fin de l’essai sur les peupliers OGM en région Centre

17 juillet 2013

En l’absence d’un renouvellement de l’autorisation pour le poursuivre, l’Inra a mis fin, le 13 juillet, à son essai en plein champ sur des peupliers génétiquement modifiés dans le Loiret. Le ministère de l’Agriculture n’a, en effet, pas transmis une telle autorisation. « Une décision assumée », selon le ministère, justifiée par le fait « qu’il n’y avait pas de réel compromis entre les différents avis rendus ». Pour autant, « cela ne veut pas dire qu’il n’y aura plus de recherche publique sur les OGM », assure le ministère. L’intention de l’Institut national de recherche agronomique est d’ailleurs de proposer d’autres projets, pour poursuivre l’acquisition de données, mais aussi pour « maintenir des compétences et une expertise nationales publiques » dans ce domaine. L’institut se dit « prêt à proposer de nouveaux essais au champ et à conduire des recherches sur l’ensemble des enjeux associés. » Aux yeux de l’AFBV (association française des biotechnologies végétales), la destruction de cet essai « confirme une nouvelle fois le déclin de notre pays dans la recherche sur la transgénèse dont on découvre pourtant tous les jours des potentialités nouvelles pour améliorer la génétique des plantes. »

Bientôt la fin du Moratoire français sur la maïs MON810 ?

10 juillet 2013

Vendredi 5 juillet, la rapporteure publique du Conseil d’État, Mme Cortot-Boucher, a rendu publiques ses conclusions dans l’affaire opposant le gouvernement français à deux exploitations agricoles (les EARL de Commenian et de Candelon), Monsanto SAS, ainsi que l’Union française des semenciers et l’Association des producteurs de maïs. Elle a considéré que l’interdiction de culture du maïs MON810 était non-juridiquement fondée. Cette culture pourrait être à nouveau autorisée d’ici une quinzaine de jours, si le Conseil d’État suit ces conclusions, ce qu’il fait dans la majorité des cas.
Pour soutenir le moratoire, neuf structures issues de la société civile s’étaient jointes au ministère de l’Agriculture : Amis de la terre, Confédération paysanne, Fédération française des apiculteurs professionnels, Fédération nationale d’agriculture biologique, France Nature Environnement, Greenpeace, Nature & Progrès, Réseau Semences paysannes, Union Nationale d’apiculture française.

Pour lire la suite : infogm

La planète en marche contre Monsanto

28 mai 2013

La multinationale Monsanto promeut une agriculture industrielle dépendante de produits toxiques et de semences brevetées, une agriculture dévastatrice pour les campagnes du monde entier. Cette firme est productrice de la plupart des produits phytosanitaires (PCB, round up...) et est aussi responsable de la procudtion de 90 % des OGM de la planète.

Samedi 25 mai, plus de deux millions d'individus ont manifesté contre le géant de l'agrochimie.

Pour en savoir plus :

Le Monde : la planète en marche contre Monsanto

Médiapart : le jour où le monde a marché contre Monsanto

Les organisateurs : march against Monsanto

Page 3 sur 3