Les nouveaux OGM au coeur des débats européens

Les nouveaux OGM (ou nouvelles techniques de croisement des plantes) ont leur avenir suspendu par une décision sur doit rendre la cour de justice européenne dans les semaines à venir. La cour doit en effet déterminer si ces nouveaux OGM sont réellement des OGM et donc être réglementés pour être commercialisés. Cette procédure judiciaire est à l'initiative de 9 organisations de la société civile, dont la Confédération paysanne.

Actuellement, ces nouveaux OGM concernent certaines variétés de colza et de blé, rendus tolérantes aux herbicides par mutagénèse, c'est-à-dire par modification ou mutation d'un des gènes de la plante et non pas par insertion d'un nouveau gène, comme c'est le cas pour les OGM "traditionnels". Plusieurs multinationales ont senti le potentiel commercial de ces nouvelles variétés. Monsanto, juste avant sa fusion avec Bayer, a par exemple investi 125M de dollars dans une strat-up qui étudie la création de nouvelles variétés de maïs, soja, coton et colza. Bayer et Dow Dupont espèrent vendre les premiers fruits (fraises rendues génétiquement plus sucrées par exemple) et légumes modifiés par ces technologies d'ici 10 ans aux Etats-Unis.

Source: Libération (Aude Massiot - 02/04/2018)